Ce qui invalide l’ablution [Akhdarî]

Les annulatifs de l’ablution (nawâqid)

Note de lecture : Le texte originel d’Al-Akhdarî est entre les symboles ﴾ ﴿ et le commentaire en dehors de ces derniers.

﴾ نَوَاقِضُ الْوُضُوءِ أَحْدَاثٌ وَأَسْبَابٌ ﴿

﴾ Ce qui invalide les ablutions sont les événements (ahdāth) ﴿ annulatifs directs ﴾ et les causes indirectes (asbāb). ﴿

﴾ فَالأَحْدَاثُ ﴿

La première catégorie : ﴾ Les événements (al-ahdāth) ﴿ annulatifs directs ﴾ sont : ﴿

﴾ الْبَوْلُ ﴿

  1. ﴾ Uriner ﴿ annule les ablutions. L’incontinence annule les ablutions lorsqu’elle est rare. Le seuil qui n’annule pas les ablutions est celui où l’incontinence se produit plus de la moitié de la journée [1].

﴾ وَالْغَائِطُ ﴿

  1. Aller à ﴾ la selle ﴿ annule les ablutions et pour l’incontinence, c’est la même règle que pour l’urine [2].

﴾ وَالرِّيحُ ﴿

  1. ﴾ Les vents ﴿ invalident les ablutions et il est répréhensible (makrūh) de faire le nettoyage (istinjā’) pour cela [3].

﴾ وَالْمَذْيُ ﴿

  1. L’émission de madhī ﴿ qui est le liquide prostatique blanc transparent qui sort lors des poussées de désir habituelles avec érection, lors des attouchements qui précèdent le coït ou lors des pensées charnelles. Quant à l’érection qui n’entraine pas la sortie de ce liquide, elle n’annule pas les ablutions. De même, la simple pensée charnelle ou le regard qui entrainerait une poussée de désir n’annule pas les ablutions [4].

﴾ وَالْوَدْيُ ﴿

  1. L’émission de wadī ﴿ qui est le liquide blanc et épais qui sort généralement après avoir uriner. Toutefois, il peut également sortir seul, suite à un effort, lorsqu’on soulève quelque chose de lourd par exemple.

Les écoulements de sang ou de pus n’annulent pas les ablutions.

﴾ وَالأَسْبَابُ ﴿

La deuxième catégorie : Les causes indirectes (al-asbāb) sont ﴿ :

﴾ النَّوْمُ الثَّقِيلُ ﴿

  1. ﴾ Le sommeil profond ﴿ qui se définit comme étant l’état dans lequel où si des personnes venaient à parler à côté de nous on ne les entendrait pas ; si l’on tenait un objet dans la main on ne se rendrait pas compte de sa chute ; si on nous appelait d’une voix normale on ne répondrait pas.Le sommeil léger dans lequel on est conscient qu’il y a des personnes autour de nous sans pourtant forcément savoir qui elles sont, n’annule pas les ablutions [5].

﴾ وَالإِغْمَاءُ ﴿

  1. ﴾ L’évanouissement ﴿ qui est la perte de conscience.

﴾ وَالسُّكْرُ ﴿

  1. ﴾ L’ivresse ﴿ i.e. : l’obscurcissement de la raison.

﴾ وَالْجُنُونُ ﴿

  1. ﴾ Et la folie ﴿ i.e. : la perte de la raison.

﴾ وَالْقُبْلَةُ ﴿

  1. ﴾ Le baiser sur la bouche (al-qublah) ﴿ entre personnes pouvant éprouver du plaisir dans la Loi annule catégoriquement les ablutions même s’il n’y avait pas de recherche de plaisir ni de plaisir éprouvé. On fait exception du baiser d’adieu ou de miséricorde. Pour les baisers sur les autres parties du corps, voir le point suivant [6].

﴾ وَلَمْسُ الْمَرْأَةِ إِنْ قَصَدَ اللَّذَّةَ أَوْ وَجَدَهَا ﴿

  1. ﴾ Toucher une femme si l’on vise à éprouver un plaisir ou si on l’éprouve effectivement. ﴿ L’avis prépondérant est donc que les ablutions ne s’annulent que dans deux cas de toucher :
    1. La recherche du plaisir par ce toucher.
    2. Le fait d’éprouver du plaisir par ce toucher même si on ne le recherchait pas.

Donc, le toucher volontaire sans recherche de plaisir ni éprouvement de jouissance n’annule pas les ablutions quand bien même ce  serait une femme étrangère (mais cela reste interdit). Les baisers autres que ceux sur la bouche sont soumis à cette règle.

﴾ وَمَسُّ الذَّكَرِ بِبَاطِنِ الْكَفِّ أَوْ بِبَاطِنِ الأَصَابِعِ ﴿

  1. ﴾ Toucher la verge avec la paume de la main ou la face lattérale des doigts. ﴿ On parle ici de sa propre verge et non celle d’autrui, car dans ce cas on est soumis à la règle du plaisir du toucher. Le toucher annulatif ne se fait qu’avec la paume, le côté de la main ou les doigts. Ainsi, toucher sa verge avec la face de la main ou avec toute autre partie n’annule pas les ablutions. Seule la verge est prise en compte et non les testicules. A fortiori l’érection n’annule pas les ablutions s’il n’y a pas d’émission de liquide prostatique (madhī). Pour la femme, les ablutions ne s’annulent pas si elle touche son sexe qu’elle ait pénétrée sa main entre les lèvres du vagin ou non. Et pour l’anus, cela n’annule pas les ablutions [7].

﴾ وَمَنْ شَكَّ فِي حَدَثٍ وَجَبَ عَلَيْهِ الْوُضُوءُ ﴿

﴾ Et celui qui a des doutes concernant l’état d’impureté immatérielle (hadath), les ablutions lui seront obligatoire ﴿ i.e quand on est incertain d’être en état de pureté rituelle ou non.

On entend par doute le contraire de l’assurance formelle et ainsi la vague confusion n’est pas prise en compte.

﴾ إِلا أَنْ يَكُونَ مُوَسْوَسًا فَلا شَيْءَ عَلَيْهِ ﴿

Refera ses ablutions celui qui a un doute sur son état de pureté ﴾ à moins qu’il s’agisse d’une personne atteinte de doute maladif (muwaswās) et dans ce cas il ne fera rien ﴿ i.e. que si quelqu’un est victime de trouble obsessionnel (waswas) même une fois par jour à condition que ce soit quelque chose de récurent (au moins depuis trois jours) cette personne n’aura pas à refaire ses ablutions.

﴾ وَيَجِبُ عَلَيْهِ غَسْلُ الذَّكَرِ كُلِّهِ مِنَ الْمَذْيِ وَلا يَغْسِلُ الأُنْثَيَيْنِ ﴿

﴾ Et il lui est obligatoire de laver entièrement la verge lors de l’émission de liquide prostatique (madhī) mais ﴿ il n’est pas obligatoire de laver ﴾ les testicules. ﴿

﴾ وَالْمَذْيُ هُوَ الْمَاءُ الْخَارِجُ عِنْدَ الشَّهْوَةِ الصُّغْرَى بِتَفَكُّرٍ أَوْ نَظَرٍ أَوْ غَيْرِهِ ﴿

﴾ Et le madhī est le liquide émis lorsqu’on éprouve de l’excitation sexuelle légère (al-sughrā) résultant d’une pensée, d’un regard ﴿ voluptueux ﴾ ou autre. ﴿


[1] ou si l’un de vous revient du lieu d’où il a fait ses besoins (…) et que vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et vos mains. ﴿ [S. 5/V.6]

[2] Voir note précédente.

[3] Un homme de Hadramawt interroga Abū Hurayrah (رضي الله عنه) « Qu’est-ce que l’impureté immatérielle (hadath) ? » Abū Hurayrah (d) répondit : « L’émission de vent. » [Rapporté par Bukhārī, n°135]

[4] D’après ʿAlī (رضي الله عنه) lorsqu’il envoya Miqdād ibn al-Aswad pour questionner le Messager d’Allāh (ﷺ) concernant l’émission de liquide prostatique (madhī). Il (ﷺ) répondit : « Qu’il lave son pénis et fasse ses ablutions. » [Rapporté par Muslim, n°303 a]

[5] D’après ʿAlī (رضي الله عنه) : Messager d’Allāh (ﷺ) a dit : « Les yeux (évéillés) contrôlent l’anus, donc que celui qui dort fasse ses ablutions. » [Rapporté par Abū Dāwud, n°203]

D’après Ibn ʿAbbās (رضي الله عنه) : Messager d’Allāh (ﷺ) a dit : « Celui qui s’endort (légèrement) durant la prosternation n’a pas besoin de faire les ablutions sauf s’il s’allonge (et dors profondémennt). Lorsqu’il s’allonge, ses muscles se relâchent. » [Rapporté par Ahmad , n°2315]

[6] Ibn Masʿūd (رضي الله عنه) a dit : « Le baiser (sur la bouche) d’un homme sur sa femme nécessite les ablutions. » [Rapporté dans le Muwattā’]

[7] D’après Sālim ibn ʿAbdallāh : J’étais avec ʿAbdallāh ibn ʿUmar durant un voyage et après que le soleil e soit levé je l’ai vu faire les ablutions et prier. Je lui ai alors dit « Ce n’est pas une prière que tu fais habituellement. » Il dit : « Après que j’ai fait les ablutions pour la prière du Subh j’ai touché mes parties génitales. Puis j’ai oublié de faire mes ablutions. Alors je les aient refaites et j’ai refait ma prière. » [Rapporté dans le Muwattā]

Publicités