La prière en groupe #1 [Dardîr, Dusûqî]

Extrait du Sharḥ al-Kabīr (1/319-321) qui est un commentaire du Mukhtaṣar Khalīl écrit par l’Imām Muḥammad b. Aḥmad al-Dardīr. Ce qui est entre [] est le texte de Khalīl, en dehors le commentaire du Shaykh Dardīr et entre {} les annotations du Shaykh Dusūqī :

[Chapitre] expliquant le statut juridique de la prière en groupe et ce qui s’y rattache. [Le groupe] c’est-à-dire effectuer la prière en groupe donc avec un dirigeant (imām) et dirigé (mā’mūm) [dans l’obligatoire] même si c’est du rattrapage [en dehors du Jumu‘ah est une Sunnah] appuyée.

{ Il est demandé de faire les prières à rattraper, c’est-à-dire manquées en groupe comme l’a explicitée ‘Īsā et c’est ce qu’a mentionné al-Burzulī et c’est ce qu’a rapporté al-Hattāb.

L’Imām Aḥmad, Abū Thawr, Dāwud al-Ẓāhirī et un groupe parmi les Mujtahidīn ont rendu obligatoire le fait de prier en groupe et on interdit la prière faite individuellement et certains Ẓāhirites l’ont même rendu invalide.

Il faut donc persévérer dans l’accomplissement mais ce qui apparait c’est que c’est une Sunnah […] et c’est l’avis de la majorité. }

Quant à celles qui ne sont pas obligatoires alors l’effectuer en groupe peut être apprécié comme celle de la fête (‘Īd), de l’éclipse solaire (kusūf), la prière rogatoire (istisqā‘) et des veillées (durant le Ramaḍān) (tarāwīḥ) ou répréhensible comme dans beaucoup de cas dont celle volontaire (nafl) ou celle effectuée publiquement dans un endroit restreint. Dans les autres cas, cela sera permis.

Quant au Jumu‘ah, l’effectuer en groupe est obligatoire et sa parole : [dans l’obligatoire] comprend également la prière mortuaire (janāzah). Mais on a pu dire que le groupe n’était qu’appréciée dans cette dernière.

{ Effectuer la prière mortuaire en groupe est Sunnah selon al-Lakhmī. Ainsi si l’on prit seul il sera apprécié de la refaire en groupe.

L’avis prépondérant (mashhūr) est en réalité le caractère apprécié (et non Sunnah). Ibn Rushd a dit que c’était une condition tout comme dans la prière du Jumuʿah. }

[On ne fait pas de préférence] dans le groupe avec qui l’on pourrait refaire la prière car si c’était le cas la prière avec les savants, les pieux et les gens qui font le bien serait meilleure qu’avec d’autres en raison des invocations faites, de la rapidité dans leurs exaucements, l’abondance de miséricorde ainsi que l’acceptation de l’intercession. Cependant, aucune preuve n’indique cette raison de préférence dans le fait de refaire la prière.

{ On ne favorise pas un groupe par rapport a sa quantité mais cela n’empêche en aucun cas le fait de préférer un groupe dont la pratique de la prière est meilleure. }

[Afin d’obtenir sa récompense] qui est ce qui est rapporté dans des textes comme : « La prière en groupe est meilleure que la prière seule  de l’un d’entre vous de 25 récompenses » et dans une autre version : « La prière en groupe est meilleure que la prière individuelle de 27 degrés. » ; (il suffit) [de participer à une unité] entière avec l’Imām, en mettant ses mains sur ses genoux ou proche de ces derniers avant que l’Imām n’ait relevé sa tête (de l’inclinaison de la dernière unité) et cela même si l’on n’est pas resté immobile (quelques instants). Si on le rejoint après cela, on n’aura pas rattraper une seule unité et on n’obtiendra pas la récompense du groupe […].

[Celui n’obtient pas] la récompense du groupe [est comme celui qui prie seul].

Publicités