Les obligations de l’ablution sèche [Akhdarî]

Les obligations de l’ablution sèche (al-tayammum)

Note de lecture : Le texte originel d’Al-Akhḍarî est entre les symboles ﴾ ﴿ et le commentaire en dehors de ces derniers.

﴾ وَفَرَائِضُ التَّيَمُّمِ ﴿

﴾ Les obligations de l’ablution sèche (tayammum) ﴿ sont sept (7) :

﴾ النِّيَّةُ ﴿

La première : ﴾ L’intention (al-niyyah) ﴿ de faire l’ablution sèche (tayammum) mais il n’aura le choix qu’entre deux intentions ; contrairement aux ablutions où il peut en avoir trois :

  • Se rendre permis ce qui lui est interdit en précisant l’état d’impureté majeur (janāba) si tel est le cas.
  • L’obligation de l’ablution sèche (tayammum).

D’après l’avis prépondérant, l’ablution sèche (tayammum) ne retire pas l’état d’impureté immatérielle (ḥadath) : il n’est pas permis d’avoir cette intention lors de l’ablution sèche (tayammum) [1].

﴾ وَالصَّعِيدُ الطَّاهِرُ ﴿

La deuxième : ﴾ Et ﴿ L’utilisation d’un ﴾ sol (al-ṣaʿīd) pur ﴿ qui est une surface pure de la terre, il sera mentionné ce que c’est un peu plus loin [2].

﴾ وَمَسْحُ الْوَجْهِ ﴿

La troisième : ﴾ L’essuyage (masḥ) du visage ﴿ une (1) fois comme si c’était durant les ablutions. Le visage sera bien évidemment essuyé après avoir touché la sol pur (al-saʿīd) [3].

﴾ وَمَسْحُ الْيَدَيْنِ إِلَى الْكُوعَيْنِ ﴿

La quatrième : ﴾ L’essuyage (masḥ) des mains jusqu’aux poignets ﴿ inclus ainsi que l’essuyage entre les doigts. On doit obligatoirement retirer la bague que l’on porte et ce même si elle est licite. Dans le cas contraire, l’ablution sèche (tayammum) ne sera pas valable. Elle ne sera pas valable même si on venait à la déplacer vers l’extrémité du doigt pour essuyer l’endroit, puis la remettrait à sa place et essuyerait l’extrémité du doigt [4].

﴾ وَضَرْبَةُ الأَرْضِ الأُولَى ﴿

La cinquième : ﴾ La première frappe ﴿ des mains sur ﴾ la terre ﴿ afin de pouvoir ensuite les porter sur les membres qui doivent être essuyés [5].

﴾ وَالْفَوْر ﴿

La sixième : ﴾ L’enchaînement successif (al-fawr) ﴿ des actes de l’ablution sèche (al-tayammum) comme dans les ablutions et le bain rituel.

﴾ دُخُولُ الْوَقْتِ وَاتِّصَالُهُ بِالصَّلاةِ ﴿

La septième : ﴾ L’entrée du temps ﴿ de la prière. Ainsi, l’ablution sèche (tayammum) ne peut être faite que lorsque le temps de la prière a commencé. S’il le fait strictement avant, ou le ferait un peu avant puis le temps de la prière rentrerait, celle-ci ne serait pas valide. ﴾ Et ﴿ l’ablution sèche (tayammum) doit être faite ﴾ juste avant la prière ﴿ que l’on va effectuer. Donc s’il s’écoule un temps assez long après avoir fait l’ablution sèche (tayammum), on doit la refaire.


[1] D’après ʿUmar ibn al-Khaṭṭāb (رضي الله عنه) : Le Prophète (ﷺ) a dit : « Les actes ne valent que par leur intention. Ainsi chaque personne recevra la récompense de ce qu’il avait l’intention de faire. » [Rapporté par Muslim, n°1907 a et Bukhārī, n°1]

[2] mais si […] vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et vos mains. ﴿ [S. 5/V.6]

D’après ʿImrān ibn Ḥussayn (رضي الله عنه)  : Le Messager d’Allāh (ﷺ) vit un homme assis seul [durant un voyage] n’ayant pas prié avec les gens. Il lui demanda : « Ô untel ! Qu’est-ce qui t’a empêché de prier avec les gens ? » Il répondit : « Ô Messager d’Allāh ! J’étais en état d’impureté majeure et il n’y avait pas d’eau. » Il répondit : « Il y avait pour toi le sol, certes cela est suffisant pour toi. » [Rapporté par Bukhārī, n°348]

[3] Voir note précédente.

[4] Voir note précédente.

[5] Voir note précédente.

Publicités