Fatwâ : commercer avec les juifs pratiquant l’usure? [Ibn Lubb]

Abū al-ʿAbbās Aḥmad ibn Yaḥyā Al-Wansharīsī écrit dans « al-Miʿyār al-muarab wa-al-jāmiʿ al-Maghrib ʿan fatāwī ahl al-Ifrīqiyah wa al-Andalus wa al-Maghrib » (Vol. 6, p.433-434; Edition : Rabat, 1981) :

“On a demandé à Ibn Lubb s’il était permis de commercer (muʿāmala) avec les juifs dont on sait que toute l’activité ou l’essentiel de celle-ci est usurière ?

Il a répondu : « La réponse à cette question est qu’il faut examiner chaque transaction. Si on voit qu’elle n’est pas viciée (fasād) et qu’aucun des parties contractants n’a affirmé qu’elle l’était, il faudra la considérer comme valide. Et si elle se révèle viciée, on agira en conséquence.

[Enfin], si la transaction paraît valide et que l’un des contractants prétend qu’elle est viciée, il y a deux opinions : la plus répandue (al-mashhūr) d’entre elles est de retenir la validité tout en demandant [au défendeur] de prêter serment. Cette solution devrait suffire dans le présent cas (nāzila) « car elle préserve les intérêts du musulman ». La seconde opinion est que, dans les transactions où domine le vice, c’est la parole de celui qui dénonce [ce vice] qui doit être retenue.

Certains juristes contemporains ont opté pour cet avis parce qu’il est corroboré par la coutume. On peut donc y recourir avec le serment (maʿa al-yamīn) dans le cas présent, compte tenu de ce que vous avez décrit. Il appartient au juge (qāḍī) d’empêcher ce que vous avez évoqué dans votre question et d’inciter les hommes de bonnes volontés à agir de manière juste en faisant lui-même montre de fermeté et de détermination.”

وسُئل (ابن لُب) عن معاملة اليهود، مع العلم بأن جميع معاملاتهم أو غالبها على وجه الربى. فأجاب : حكم المسألة أن يُنظر في المعاملة، فإن لم يكن في ظاهرها فساد ولا ادعاه خصم، فالواجب العمل على الصحة. و إن ظهر الفساد عُمل على مُقتضاه. وإن ظهرت الصحة و ادعى أحد المتعاقدين الفساد، ففي المسألة قولان: المشهور العمل على الصحة مع اليمين، وهو جاز في النازلة لأجل جانب المسلم. والقول الآخر إن الفساد إذا غلب كان القول قول مُدعيه، و اختاره بعض المتأخرين لشهادة العرف له. و قد يقوي العمل بهذا القول في النازلة مع اليمين لما وصفتم الضمائم- كذا- وعلى القاضي وظيفة التقدم بمثل ما ذكرتم في المسألة و استنهاض العزائم إلى الحق بإظهار الغلظة و الشدة.

  • Résumé et contexte

Cette fatwa porte sur le commerce entre musulmans et juifs. L’auteur de la question demande s’il faut interdire ce commerce en raison de l’usure, une pratique interdite en islam et très répondue chez les juifs. Le juriste andalou Abū Saʿīd ibn Lubb (m. 782/1381) délivre une réponse très générale dans laquelle le problème de l’usure n’est abordé de manière distincte mais à travers la question des ventes viciées. C’est ainsi qu’il recommande de vérifier chaque transaction afin de s’assurer de sa validité. En cas de litige ou de soupçon d’invalidité, la justice peut demander aux contractants d’apporter la preuve de leur bonne foi ou de prêter serment. Ces recommandations valent pour toutes les transactions commerciales et non pas seulement pour celles qui impliquent des juifs. Autrement dit, pour le juriste de Grenade, les mêmes règles régissant le commerce entre musulmans s’appliquent lorsqu’un musulman traite avec un juif. Il est donc permis de faire du commerce avec les juifs pourvu que les transactions soient légales.

 

Publicités